L’enquête ethnographique à Cochabamba en Bolivie

L’enquête ethnographique à Cochabamba en Bolivie

Céline Geffroy, janvier 2014

L’enquête ethnographique en Bolivie a débuté en octobre à Cochabamba, une ville de 630 000 habitants, située dans une vallée interandine, à 2600m. La population citadine est essentiellement de langue espagnole mais, dans les régions rurales qui l’entourent, habite une population plutôt quechuaphone ou bilingue (quechua/espagnol). Les femmes qui viennent accoucher à la maternité German Urquidi sont principalement d’origine paysanne et quechua.

La maternité où se déroule l’enquête est classée de type 3, ce qui signifie en Bolivie, une institution de santé de premier ordre, équipée des meilleurs équipements disponibles.

Toutefois, depuis un peu plus d’une dizaine d’années, elle ne fait plus partie du programme Baby friendly hospital initiative de l’UNICEF pour des problèmes liés aux normes, apparemment en raison de la présence de biberons dans le service de pédiatrie adjacent qui, lui, admet les biberons voire les distribue.

J’ai terminé, avec l’aide de Norah Ovando, interprète quechua, les 100 questionnaires aux mères. Toutes donnent le colostrum mais l’on perçoit dans leurs réponses la présence d’un discours dominant imposé par l’hôpital qui semble contraster avec, d’une part, une enquête très informelle que j’avais auparavant menée auprès de mères paysannes et d’autre part, avec les trois premiers questionnaires que j’ai déjà fait passer au personnel de santé qui montrent plutôt qu’un certain nombre de femmes cherchent à éviter le don de colostrum.

Le personnel soignant affichant une position péjorative envers les femmes paysannes qui refusent le don de colostrum en disant que leurs pratiques sont arriérées et relèvent de la mythologie.

Affaire à suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *