Archives de catégorie : Carnets de terrain Bolivie

Catalogue documentaire des données de terrains : Bolivie

Les données collectées en Bolivie par Céline Geffroy ont données lieu à un traitement documentaire par Marine Soubrié à la Phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence.

L’enquête en Bolivie a été menée par Céline Geffroy, Post – Doctorante en anthropologie et chercheur associé pour l’Université de Nice Sophia Antipolis pour le Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS, EA 7278) dans le cadre de l’ANR COLOSTRUM. Elle a été accompagnée lors de la recherche par Norah Ovando traductrice et interprète en langue espagnol et en langue quechua. L’enquête s’est déroulée d’août 2013 à mars 2014 puis de septembre 2014 à novembre 2014 dans la ville de Cochabamba et dans des communautés rurales du Département de Cochabamba, suivant le protocole établi collectivement par les chercheurs du programme COLOSTRUM et en collaboration avec l’Université de Mayor de San Simon (U. Mayor de San Simon – Cochabamba, Bolivie), auprès de 23 mères et 4 représentants du personnel soignant du Centre Hospitalier Universitaire German Uriqui et une représentante d’un centre de santé en zone rurale (Posta de Salud). Les archives de ce terrain sont constituées de plusieurs types de documents : 26 enquêtes enregistrées, 1 transcription des entretiens enregistrés, 120 questionnaires, 35 photographies, 4 documents annexes. Bolivie 7Les questions de la grille d’enquête peuvent se retrouver à travers les résumés. En fonction des témoins et des circonstances, tous les thèmes ne sont pas toujours développés ni mis dans le même ordre mais on retrouve en général : situation de l’accouchée en introduction, déroulement de l’accouchement, relation entre la mère et son enfant pour l’allaitement, connaissance du colostrum et description, différences avec le lait, déroulement de l’accouchement, question sur les pratiques traditionnelles (usages de protection de l’enfant et de la mère), rôle et place du père, dation du nom, choix entre lait artificiel et lait maternel., pratiques corporelles (soins au corps de la mère et du bébé), pratiques galactogènes (importance de l’alimentation liquide, massages, préparation des tétons), formation du colostrum, relation avec les humeurs corporelles du bébé, transmission des savoirs, transmission des émotions à travers le colostrum, qualité, quantité, usages médicaux.

Vous trouverez au format PDF le catalogue documentaire des données de la recherche (Catalogue Bolivie 2016) de la collection des données de terrain de la Bolivie, avec les liens des fichiers sonores accessibles en streaming.

Le corpus est aussi accessible à partir de la base de données de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme dans le fonds « ANR COLOSTRUM » à l’adresse suivante : Corpus entretien Bolivie

Bolivie 1

Présentations de l’avancement de la recherche lors des IIème rencontres Colostrum

Lors des IIème rencontres journées Colostrum de janvier 2015, les équipes ont présenté l’état d’avancement des recherches à l’ensemble des partenaires du programme.

Vous trouverez ci après les supports de présentations :

 

Allemagne (Hans Hahn, Kathrin Knodel) : Présentation Allemagne
Bolivie (Céline Geffroy) : Présentation Bolivie
Brésil (Leticia Ferreira) : Présentation Brésil
Burkina Faso (Ludovic Kibora) : Présentation Burkina Faso
Cambodge (Eve Bureau) : Présentation Cambodge
France (Céline Verguet) : Présentation France
Maroc, milieu saharien (Marie-Luce Gélard) :

 

« Premier vaccin » ou « lait caillé ».

« Premier vaccin » ou « lait caillé ».

Quelques réflexions sur le colostrum à partir
d’une ethnographie dans une maternité de Cochabamba, en Bolivie

Céline GEFFROY
Docteur en anthropologie

Conférence Geffroy-Colostrum. Premier vaccin ou lait caillé

Séminaire du LAPCOS
Conférence dans le cadre de l’ANR COLOSTRUM

Lundi 21 avril 2014 à 14h00
MSHS–Sud-Est
Salle 128 (1er étage)
Campus Saint-Jean d’Angély
Université Nice Sophia Antipolis

Les perceptions autour du colostrum sont difficiles à recueillir tant divergent les récits des mères et ceux du personnel soignant. Alors que les premières semblent cautionner le discours de la maternité préconisant l’allaitement exclusif, les médecins et les infirmières tendent à souligner l’importance des croyances traditionnelles dans le refus de donner le colostrum.

Je désire alors explorer d’une part les difficultés à interpréter les narrations des différents acteurs et d’autre part,analyser certains résultats obtenus, notamment par rapport au refus de donner le colostrum au nouveau-né.

En somme, je chercherai à montrer le clivage entre le discours et les faits.

L’enquête ethnographique à Cochabamba en Bolivie

L’enquête ethnographique à Cochabamba en Bolivie

Céline Geffroy, janvier 2014

L’enquête ethnographique en Bolivie a débuté en octobre à Cochabamba, une ville de 630 000 habitants, située dans une vallée interandine, à 2600m. La population citadine est essentiellement de langue espagnole mais, dans les régions rurales qui l’entourent, habite une population plutôt quechuaphone ou bilingue (quechua/espagnol). Les femmes qui viennent accoucher à la maternité German Urquidi sont principalement d’origine paysanne et quechua.

La maternité où se déroule l’enquête est classée de type 3, ce qui signifie en Bolivie, une institution de santé de premier ordre, équipée des meilleurs équipements disponibles.

Toutefois, depuis un peu plus d’une dizaine d’années, elle ne fait plus partie du programme Baby friendly hospital initiative de l’UNICEF pour des problèmes liés aux normes, apparemment en raison de la présence de biberons dans le service de pédiatrie adjacent qui, lui, admet les biberons voire les distribue.

J’ai terminé, avec l’aide de Norah Ovando, interprète quechua, les 100 questionnaires aux mères. Toutes donnent le colostrum mais l’on perçoit dans leurs réponses la présence d’un discours dominant imposé par l’hôpital qui semble contraster avec, d’une part, une enquête très informelle que j’avais auparavant menée auprès de mères paysannes et d’autre part, avec les trois premiers questionnaires que j’ai déjà fait passer au personnel de santé qui montrent plutôt qu’un certain nombre de femmes cherchent à éviter le don de colostrum.

Le personnel soignant affichant une position péjorative envers les femmes paysannes qui refusent le don de colostrum en disant que leurs pratiques sont arriérées et relèvent de la mythologie.

Affaire à suivre…