Quelques données concernant l’enquête dans le Sud-Est marocain

Quelques données concernant l’enquête

dans le Sud-Est marocain

Marie-Luce Gélard, novembre 2013

 

Les conditions de l’enquête dans le Sud marocain

La passation des questionnaires qui se fera en ma présence devrait débuter à l’automne 2014. Compte-tenu du lieu de l’enquête (milieu saharien) divers ajustements sont nécessaires en fonction de données démographiques spécifiques (villages et habitat nomade dispersé). L’accès à l’information concernant les naissances pose aussi quelques difficultés pour pouvoir réaliser les entretiens dès le deuxième jour après l’accouchement ou dans la première semaine. En effet, le plus souvent l’information relative aux naissances circule via le réseau des sociabilités festives : le septième jour (tasmiya)[1]. Si cela est possible dans le village de Merzouga, se pose le problème de la fréquence des naissances.

Une enquête menée en 2011 auprès des services de l’état civil de la commune rurale de Taouz indique un total de 145 naissances pour l’année. La commune est très étendue et comprend les deux principaux villages de Merzouga et d’Hassylbyed situés à quelques kilomètres de distances, mais comprend aussi une dizaine d’autres hameaux sur près de 30 km et des populations nomades dispersées.

Sur ces 145 naissances, 5 ont eu lieu à l’hôpital (dans les deux agglomérations voisines d’Erfoud à 55 km et d’Er-Rachidia à 200 km) soit plus de 96 % des accouchements à domicile. Ces données ne tiennent pas compte du taux de mortalité infantile (inconnu). Les nourrissons de moins de sept jours décédés ne font pas l’objet d’une déclaration sur les registres de l’état-civil. La déclaration se fait avec le certificat de vaccination (obligatoire) en général entre 8 et 10 jours après la naissance.

Cette période particulière durant laquelle le temps est en quelque sorte suspendu doit précisément intéresser la recherche à propos des représentations du colostrum.

Ces quelques données et les conditions spécifiques de la région (dispersion de l’habitat et accouchement à domicile) indiquent que l’enquête ne pourra pas être réalisée sur 100 questionnaires. Il paraît raisonnable de réaliser 30/40 entretiens auprès des mères venant d’accoucher, sur une période de 3 mois (fractionnées ou non), période éventuellement reconduite au printemps 2015.

 

Aperçu des discours et représentations du colostrum chez les Aït Khebbach

En dehors de ce strict cadre de recueil des données, d’autres enquêtes sont menées avec une attention portée aux représentations du colostrum dans la population afin de mieux connaître les perceptions et les discours sur la substance. En effet, chez les Aït Khebbach le lait maternel est valorisé d’une point de vue nutritif (l’allaitement artificiel est déconsidéré, le lait maternisé en poudre est perçu comme insuffisamment nourrissant, seul le lait maternel dit-on « rend les os solides et permet de grandir »). Il s’agit là de questionner le rôle du colostrum au sein de ces représentations plus général à propos du lait.

L’entrée dans la société passe par une allégorie de la matrice, elle souligne aussi dès les premières heures de la naissance l’importance du lait, (et donc là précisément du colostrum) comme aliment primordial et vital, mais aussi comme lien de l’individu au groupe. Ce point est important car si les recherches et analyses ont surtout évoqué le « lait » ce que j’ai également fait dans mes propres analyses, il reste à savoir si le colostrum est l’objet des mêmes perceptions (lien avec l’apparentement notamment).

Les hommes sont les acteurs des migrations du lait des seins d’une femme vers une autre lorsqu’ils transgressent des interdits alimentaires durant les 40 premiers jours de la naissance de leur enfant[2]. Il conviendrait bien sûr aussi de savoir si le colostrum fait au non parti de cette possible migration.

Le colostrum est toujours donné au nourrisson, il n’y a pas de substitution (autre nourriture) ou d’attente. Pour accélérer les premières tétées, on colle sur le palais du nouveau-né un morceau de datte afin de déclencher une salivation plus importante. Cela stimule dit-on le nourrisson pour téter et favorise la montée de lait.

En berbère, le colostrum se dit ADRS et le lait AGHO (il n’y a pas de racine linguistique commune entre les deux mots). « Adrs aday tgan Agho » littéralement « C’est le colostrum qui devient le lait. »

On dit du colostrum « il est jaune ». Il se reconnaît à sa couleur, blanc cassé, jaune clair. Le lait « descend » à partir du troisième jour après l’accouchement, avant c’est le colostrum. C’est bien là aussi la différence de couleur qui indique à la mère et à l’entourage (très attentif aux montées de lait car la survie du nourrisson en dépend) qu’il s’agit de colostrum ou de lait. La couleur n’est pas l’objet de répulsion, tout au contraire, elle s’associe à celle des œufs (voir ci-dessous) et à la fécondité.

Avant le troisième jour, le colostrum des chèvres, des vaches et des dromadaires est mélangé avec de l’eau et du sel puis cuit, il a dit-on la consistance des œufs brouillés. Il est consommé pour donner de la force et parce que c’est « très bon pour la santé ».

On retrouve cette pratique chez les éleveurs d’autres régions du Maroc, comme en témoigne déjà Destaing : « Quand une vache a vêlé, après que le veau s’est rassasié de lait, on la trait, on place ce lait dans une marmite et on le fait cuire. Quand ce colostrum a cuit, il est semblable à du blanc d’œuf coagulé ; on enlève la marmite, on laisse refroidir et on mange ce lait cuit. On fait de  même pour le lait des brebis et des chèvres qui viennent d’être mères » (Destaing, 1907 : 363)[3].

Chez d’autres éleveurs (Mauritanie), le colostrum de la chamelle n’est pas toujours consommé. Comme l’évoque C. Taine-Cheikh, dans un recueil de devinettes « Ton berger t’a quitté le matin pour faire paître : quand il revient à la sieste tu devines qu’une chamelle a mis bas ? » R : tu as vu sur ces pieds la présence du colostrum. En effet, avant de mettre le chamelon au pis, on amorce la montée de lait (de colostrum donc) et on trait à terre (C. Taine-Cheikh, 1995 : 180)[4].

Dans le Sud-Est marocain, on explique qu’après trois jours, si on cuit ce colostrum animal il n’est plus « dur », « solide » à la cuisson donc c’est du lait.

On dit qu’il ne faut pas donner tout le colostrum au petit des vaches, brebis et moutons, car cela pourrait le tuer d’en boire trop.

Cette période de 3 jours est systématiquement évoquée.


[1] Voir M.-L. Gélard, 2012, « Nomination (Tasmiya). Les rituels de la naissance dans le Sud marocain », Encyclopédie Berbère (XXXIII-XXXIV) : 5616-5620.

Et M.-L. Gélard, 2003, « De la naissance au septième jour. Rituels féminins et temps suspendu (tribu berbérophone du Sud-Est marocain) », Ethnologie Française, (XXXIII) : 131-139.

[2] M.-L. Gélard, 2005, « La fourmi voleuse de lait. Transferts et représentations de la substance lactée dans le Tafilalt (Sud-Est marocain) », L’Homme, (173) : 97-118.

[3] Destaing E., 1907, Etude sur le dialecte berbère des Beni-Snous, Paris, E. Leroux.

[4] Taine-Cheikh C., 1995, « Quand les bergers maures se lancent des “colles“ », Littérature Orale Arabo-Berbère (22-23) : 173-204.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.