Archives par mot-clé : données lingusitiques

Quelques données concernant l’enquête en France

Quelques données concernant l’enquête en France

Céline Verguet, février 2014

L’enquête en France se déroule à la maternité du CHU de l’Archet à Nice. Dès le mois de juin, les questionnaires élaborés par les partenaires des 7 pays participant à l’étude ont été éprouvés auprès de mères et de membres du personnel soignant. C’est à partir de situations particulières rencontrées au cours des premières passations (don de la seule tétée de bienvenue ou arrêt nécessaire d’un allaitement pourtant désiré par exemple) et d’échanges avec les sages-femmes et les auxiliaires de puériculture que les questionnaires ont été affinés afin d’en établir une version définitive transposable à chacun des pays.

Aujourd’hui, les phases de questionnaires auprès des mères et des membres du personnel soignant sont terminées. Alors que les entretiens avec le personnel soignant sont bouclés, il est assez difficile de revoir les mères en entretien. Cependant, la majorité des entretiens est désormais menée et enregistrée.

Les premiers résultats de l’enquête montrent que les discours des mères qui connaissent le colostrum (environ 80% des mères allaitantes ou ayant commencé à allaiter savent qu’il s’agit du colostrum) sont des emprunts au discours médical signalant à la fois son autorité et l’imperfection de son appropriation au travers de l’utilisation systématique de termes tels que : « il parait que », « on m’a dit que », « a priori », « j’ai entendu dire que » etc. Ces formules énonciatives soulignent le besoin voire la nécessité de se référer à une définition médicale de cette substance (généralement apprise au cours de la scolarité ou auprès d’un professionnel médical, plus rarement sur Internet) alors même que l’absence de preuve objective et immédiate ne permet pas à la mère de mesurer les bienfaits du don du colostrum sur son enfant : bien au contraire, malgré les mises au seins rapprochées du fait des demandes fréquentes de l’enfant, la consommation de cette substance peu abondante par le nouveau-né est concomitante d’une perte de poids d’environ 10 % de ce dernier. Il faut cependant souligner que cette perte de poids, qui traduit en fait une perte d’eau liée à la vie extra-utérine, advient également chez les enfants qui ne sont pas nourris au sein. Généralement annoncée comme étant « normale » par un personnel soignant qui se veut rassurant, elle n’en reste pas moins une donnée issue d’une pratique médicale, celle de la pesée régulière et imposée dans le cadre de l’accompagnement médical du nouveau-né. Cette donnée, une fois communiquée à la mère, peut générer l’apparition d’une peur, d’une angoisse essentiellement liée à la question de la quantité mais aussi à celle de la qualité du lait maternel.

Contre toute attente, la pratique médicale de la pesée dans les jours qui suivent la naissance pourrait parfois engendrer chez certaines mères allaitantes « la peur du mauvais lait » ou encore davantage celle du « mauvais allaitement » – « mon lait est-il vraiment bon ? En ai-je assez ? » – que les explications des soignants ne suffisent pas toujours à casser. Pour y pallier, pour s’assurer que l’enfant ne manque pas, pour que ses pleurs – dont on attribue généralement la cause à la faim – cessent, certaines mères vont faire le choix de compléter l’alimentation du nouveau-né par du lait premier-âge dont la quantité pourra être visiblement mesurée au moyen des graduations inscrites sur le contenant et ce, jusqu’à ce que la montée de lait amène avec elle l’abondance (dans l’échantillon français, les ¾ des mères allaitantes donnent ou ont donné dans les 1ers jours un complément alimentaire sous la forme d’un biberon de lait 1er âge). L’idée qu’il faut « rassasier le bébé » est largement répandue et les mères allaitantes qui ne demandent pas de complément n’affirment pas que le colostrum suffit mais bien qu’ « il parait que ça suffit ».

Globalement, la représentation de la substance est fortement empreinte de savoir médical. Pour 80% des mères qui allaitent, ce qui différencie la première substance du lait c’est essentiellement la texture, la couleur, la composition avec plus d’anticorps et de vitamines, l’épaisseur, la richesse mais elles ne s’accordent pas toutes sur l’aspect suffisant du colostrum et se questionnent fortement à ce propos. Ce descriptif est très proche voire semblable à celui fait par le personnel soignant. Ce sont les mêmes informations qui sont portées et véhiculées par les membres du corps médical interrogés. La seule véritable différence réside dans le fait que les soignants considèrent le colostrum comme étant suffisant pour nourrir le nouveau-né. Tous s’accordent cependant sur le fait que le poids de l’enfant va déterminer les véritables besoins en termes de compléments alimentaires. S’appuyant sur leur expérience, certains estiment qu’à partir de 3,5kg, un nouveau-né nécessite généralement de recevoir un complément.

Rajoutons que la représentation à la tonalité médicale que les mères ont du colostrum semble renforcée par un encadrement médicalisé de la pratique d’allaitement dans les premiers jours qui suivent l’accouchement (mise au sein, don de colostrum, utilisation d’un tire-lait, etc.). Le séjour en maternité correspond, en effet, à la période colostrale et prend fin lorsque l’équipe médicale est assurée de la montée de lait. Le terme colostrum lui-même, d’ailleurs, renvoie au monde savant, à l’autorité du savoir et, de fait, semble jouer un rôle dans la difficulté à faire sien le contenu de ce savoir. C’est, semble-t-il, une piste importante à approfondir qui pourrait éclairer l’absence de circulation d’un savoir commun à propos du colostrum dans le cadre de notre société.

En effet, contrairement au discours sociétal dominant sur les bienfaits de l’allaitement, il ne semble pas véritablement circuler de discours à propos du colostrum, ni au sein de la famille, ni au sein du groupe social (environ 45% des mères rencontrées déclarent avoir, pour cette grossesse en particulier, reçu ou demandé des conseils à propos de l’allaitement à des membres de leur famille, même résultat à propos de l’entourage social tandis que 3% ont demandé ou reçu des conseils à propos du colostrum au sein de la famille, 5,5% de la part de l’entourage social). En fait, il ne paraît pas exister de véritable jugement commun de haut niveau de consensus à propos de cette substance. Si la plupart des mères donnent spontanément le colostrum à leur enfant, c’est avant tout parce qu’elles considèrent cette phase comme partie intégrante de l’allaitement, pratique considérée comme « normale » et « naturelle ». Mais parce que le discours médical dit l’importance de le donner quand on a décidé d’allaiter, les mères sont plus enclines à accepter ce qu’instinctivement elles pourraient considérer comme une situation de mise en péril de la santé de leur bébé (faible quantité, couleur, pleurs de l’enfant, sensation d’avoir « les seins vides », etc.).

Tous les membres du personnel soignant sans exception ont pointé le rôle majeur de l’origine ethnique des mères dans la réponse qu’elles donnent au moment de la naissance à la question : « voulez-vous allaiter ? » Ainsi, généralement, les femmes d’origine maghrébine, auraient tendance à demander un allaitement mixte, c’est-à-dire conjuguant mise au sein et lait maternisé, considérant qu’elles n’ont rien dans les seins et que leur bébé a besoin d’une quantité bien plus importante. Toujours selon le personnel soignant, ces femmes suivraient les conseils à la fois de leurs aïeules et de leur entourage social féminin qui aurait fait du terme « mixte » la réponse adéquate à donner pour ne pas que l’enfant manque parce qu’«  il n’y a rien dans les seins », pour pallier ce « rien » en attendant que le lait coule abondamment. Ce qui serait en circulation ici c’est un savoir sur le fonctionnement interne de la maternité au regard de l’allaitement des premiers jours qui permettrait à la mère de contenter son besoin de rassasier son bébé tout en contrecarrant les discours du personnel sur la suffisance du premier lait.

La maternité de l’Archet est une maternité de niveau 3, c’est-à-dire qu’elle dispose d’un service de réanimation néonatale et qu’elle est spécialisée dans le suivi des grossesses pathologiques (diabète gestationnel, hypertension pendant la grossesse, etc.) ou multiples dont on sait qu’elles présentent des risques pour l’enfant à naître (grands prématurés par exemple). L’enquête auprès du personnel soignant se poursuit également et naturellement aujourd’hui auprès du personnel soignant du service de néonatalogie. D’autres pistes apparaissent, en particulier celles de pratiques de « don artificiel du colostrum » du fait de l’impossibilité de placer le nouveau-né au sein (bébé trop petit, intubé ou perfusé par exemple). Le don de colostrum à la seringue sur les lèvres est le plus répandu lorsque la mère souhaite allaiter. Elle utilise donc un tire-lait avec lequel elle récolte quelques goûtes de cette substance que le personnel soignant encourage vivement à donner même s’il ne constitue pas une alimentation à proprement parler. Ces enfants placés sous surveillance 24h/24, en effet, reçoivent généralement une alimentation parentérale et sont parfois hydratés par perfusion. L’accompagnement du personnel soignant auprès des mères qui souhaitent allaiter est primordial pour leur permettre de comprendre dans les premiers jours que, peu importe la quantité de colostrum, il est de la « gelée royale » bénéfique à la santé du nouveau-né et qu’il est nécessaire de le tirer pour que le lait monte par la suite. Cet accompagnement est d’autant plus important dans la situation d’un placement du nouveau-né en néonatalogie que les priorités des parents ne sont plus tant centrées sur le déroulement de l’accueil de l’enfant, comme la mise en place de l’allaitement par exemple, que sur sa santé. Cependant, le personnel soignant note que, malgré les encouragements à tirer le colostrum, les mères ne vont le faire que 2 à 3 fois par jour contre une tétée toute les 2 ou 3 heures chez des enfants en maternité. Depuis la mise en place de l’étude à la maternité et les entretiens réguliers avec le personnel soignant de néonatalogie, le service travaille désormais sur le « recueil du colostrum de façon plus intensive » selon les termes de la consultante en lactation.

Les premières pistes que laissent deviner les données de l’enquête menée en France devront évidemment être mises à l’épreuve d’une exploitation systématique et approfondie des questionnaires et des entretiens.

Quelques données concernant l’enquête dans le Sud-Est marocain

Quelques données concernant l’enquête

dans le Sud-Est marocain

Marie-Luce Gélard, novembre 2013

 

Les conditions de l’enquête dans le Sud marocain

La passation des questionnaires qui se fera en ma présence devrait débuter à l’automne 2014. Compte-tenu du lieu de l’enquête (milieu saharien) divers ajustements sont nécessaires en fonction de données démographiques spécifiques (villages et habitat nomade dispersé). L’accès à l’information concernant les naissances pose aussi quelques difficultés pour pouvoir réaliser les entretiens dès le deuxième jour après l’accouchement ou dans la première semaine. En effet, le plus souvent l’information relative aux naissances circule via le réseau des sociabilités festives : le septième jour (tasmiya)[1]. Si cela est possible dans le village de Merzouga, se pose le problème de la fréquence des naissances.

Une enquête menée en 2011 auprès des services de l’état civil de la commune rurale de Taouz indique un total de 145 naissances pour l’année. La commune est très étendue et comprend les deux principaux villages de Merzouga et d’Hassylbyed situés à quelques kilomètres de distances, mais comprend aussi une dizaine d’autres hameaux sur près de 30 km et des populations nomades dispersées.

Sur ces 145 naissances, 5 ont eu lieu à l’hôpital (dans les deux agglomérations voisines d’Erfoud à 55 km et d’Er-Rachidia à 200 km) soit plus de 96 % des accouchements à domicile. Ces données ne tiennent pas compte du taux de mortalité infantile (inconnu). Les nourrissons de moins de sept jours décédés ne font pas l’objet d’une déclaration sur les registres de l’état-civil. La déclaration se fait avec le certificat de vaccination (obligatoire) en général entre 8 et 10 jours après la naissance.

Cette période particulière durant laquelle le temps est en quelque sorte suspendu doit précisément intéresser la recherche à propos des représentations du colostrum.

Ces quelques données et les conditions spécifiques de la région (dispersion de l’habitat et accouchement à domicile) indiquent que l’enquête ne pourra pas être réalisée sur 100 questionnaires. Il paraît raisonnable de réaliser 30/40 entretiens auprès des mères venant d’accoucher, sur une période de 3 mois (fractionnées ou non), période éventuellement reconduite au printemps 2015.

 

Aperçu des discours et représentations du colostrum chez les Aït Khebbach

En dehors de ce strict cadre de recueil des données, d’autres enquêtes sont menées avec une attention portée aux représentations du colostrum dans la population afin de mieux connaître les perceptions et les discours sur la substance. En effet, chez les Aït Khebbach le lait maternel est valorisé d’une point de vue nutritif (l’allaitement artificiel est déconsidéré, le lait maternisé en poudre est perçu comme insuffisamment nourrissant, seul le lait maternel dit-on « rend les os solides et permet de grandir »). Il s’agit là de questionner le rôle du colostrum au sein de ces représentations plus général à propos du lait.

L’entrée dans la société passe par une allégorie de la matrice, elle souligne aussi dès les premières heures de la naissance l’importance du lait, (et donc là précisément du colostrum) comme aliment primordial et vital, mais aussi comme lien de l’individu au groupe. Ce point est important car si les recherches et analyses ont surtout évoqué le « lait » ce que j’ai également fait dans mes propres analyses, il reste à savoir si le colostrum est l’objet des mêmes perceptions (lien avec l’apparentement notamment).

Les hommes sont les acteurs des migrations du lait des seins d’une femme vers une autre lorsqu’ils transgressent des interdits alimentaires durant les 40 premiers jours de la naissance de leur enfant[2]. Il conviendrait bien sûr aussi de savoir si le colostrum fait au non parti de cette possible migration.

Le colostrum est toujours donné au nourrisson, il n’y a pas de substitution (autre nourriture) ou d’attente. Pour accélérer les premières tétées, on colle sur le palais du nouveau-né un morceau de datte afin de déclencher une salivation plus importante. Cela stimule dit-on le nourrisson pour téter et favorise la montée de lait.

En berbère, le colostrum se dit ADRS et le lait AGHO (il n’y a pas de racine linguistique commune entre les deux mots). « Adrs aday tgan Agho » littéralement « C’est le colostrum qui devient le lait. »

On dit du colostrum « il est jaune ». Il se reconnaît à sa couleur, blanc cassé, jaune clair. Le lait « descend » à partir du troisième jour après l’accouchement, avant c’est le colostrum. C’est bien là aussi la différence de couleur qui indique à la mère et à l’entourage (très attentif aux montées de lait car la survie du nourrisson en dépend) qu’il s’agit de colostrum ou de lait. La couleur n’est pas l’objet de répulsion, tout au contraire, elle s’associe à celle des œufs (voir ci-dessous) et à la fécondité.

Avant le troisième jour, le colostrum des chèvres, des vaches et des dromadaires est mélangé avec de l’eau et du sel puis cuit, il a dit-on la consistance des œufs brouillés. Il est consommé pour donner de la force et parce que c’est « très bon pour la santé ».

On retrouve cette pratique chez les éleveurs d’autres régions du Maroc, comme en témoigne déjà Destaing : « Quand une vache a vêlé, après que le veau s’est rassasié de lait, on la trait, on place ce lait dans une marmite et on le fait cuire. Quand ce colostrum a cuit, il est semblable à du blanc d’œuf coagulé ; on enlève la marmite, on laisse refroidir et on mange ce lait cuit. On fait de  même pour le lait des brebis et des chèvres qui viennent d’être mères » (Destaing, 1907 : 363)[3].

Chez d’autres éleveurs (Mauritanie), le colostrum de la chamelle n’est pas toujours consommé. Comme l’évoque C. Taine-Cheikh, dans un recueil de devinettes « Ton berger t’a quitté le matin pour faire paître : quand il revient à la sieste tu devines qu’une chamelle a mis bas ? » R : tu as vu sur ces pieds la présence du colostrum. En effet, avant de mettre le chamelon au pis, on amorce la montée de lait (de colostrum donc) et on trait à terre (C. Taine-Cheikh, 1995 : 180)[4].

Dans le Sud-Est marocain, on explique qu’après trois jours, si on cuit ce colostrum animal il n’est plus « dur », « solide » à la cuisson donc c’est du lait.

On dit qu’il ne faut pas donner tout le colostrum au petit des vaches, brebis et moutons, car cela pourrait le tuer d’en boire trop.

Cette période de 3 jours est systématiquement évoquée.


[1] Voir M.-L. Gélard, 2012, « Nomination (Tasmiya). Les rituels de la naissance dans le Sud marocain », Encyclopédie Berbère (XXXIII-XXXIV) : 5616-5620.

Et M.-L. Gélard, 2003, « De la naissance au septième jour. Rituels féminins et temps suspendu (tribu berbérophone du Sud-Est marocain) », Ethnologie Française, (XXXIII) : 131-139.

[2] M.-L. Gélard, 2005, « La fourmi voleuse de lait. Transferts et représentations de la substance lactée dans le Tafilalt (Sud-Est marocain) », L’Homme, (173) : 97-118.

[3] Destaing E., 1907, Etude sur le dialecte berbère des Beni-Snous, Paris, E. Leroux.

[4] Taine-Cheikh C., 1995, « Quand les bergers maures se lancent des “colles“ », Littérature Orale Arabo-Berbère (22-23) : 173-204.